Notre pédagogie : l'équihomologie repose sur une approche toujours opérante et active

 

Notre apprentissage est bâti sur la découverte du mouvement, à travers le jeu et nous souhaitons que le plaisir soit à la base de l’enseignement.

Nous appelons cela la pédagogie opérante et active : ce qui veut dire apprendre en vivant l’action :

  • « J’apprends par le plaisir et la passion
  • « J’ai envie de comprendre ce qui me passionne
  • « Donc comprendre devient passionnant

L'animateur en équihomologie opère globalement et principalement dans une pédagogie opérante, ludique, pratique et individualisée.  

La pédagogie opérante prône et stimule un :

  • Apprentissage par la sensation et la perception corporelle
    Je sens, donc je suis.
    La sensation devient le repère primordial de relation et de compréhension du monde.
  • Apprentissage par le jeu et la mise en situation
    Je joue, donc je crée.
    L’apprentissage est bâtit sur la découverte du mouvement juste à travers le jeu.
  • Apprentissage par le plaisir et la motivation
    J’aime donc je suis pour et je pour suis
    Les émotions comme base fondamentale de rapport au monde
  • Apprentissage par l’expérience et l'essai-erreur 
    J’agis, donc je suis.
    L’action est au centre, la solution trouvée est personnelle et l’expérience est
    intérieure.
  • Apprentissage par le faire avec et le mimétisme
    Je me relie, donc j’apprends
    Un apprentissage naturel, primordial et quasi automatique s’opère par  l’observation et la capacité à reproduire l’action d’autrui, dans un partenariat empathique avec le cheval, le coéquipier ou l’animateur, dans une construction de couple
  • Apprentissage par l’engagement
    Je suis concerné(e), donc je progresse.
    Être partie-prenante, s’engager physiquement, émotionnellement et mentalement dans
     l’action et le partenariat.
  • Apprentissage personnalisé
    Je suis unique, donc je
    suis.
    L’individu est placé au centre, l’animateur s’adapte à chaque individualité.
  • Apprentissage par l'auto-solution et l'auto-valorisation,
    Je trouve, donc je vis.
    Les solutions et les récompenses sont auto-générées et ne sont pas tributaires de l'autre et de l'extérieur. L’animateur doit valoriser, mais également savoir rester en retrait et laisser la place.


La pédagogie opérante, veut dire apprendre en vivant l’action !

Elle utilise l’expérience vécue à travers ses perceptions sensitives et sensorielles comme base fondamentale à l’acquisition de la connaissance, plaçant le corps physique et l’individu au centre.

Elle génère autonomie, maturité, indépendance et confiance en soi et permet à la collectivité de se construire sur des personnalités performantes et équilibrées.

Elle passe par un jeu d’essais et d’erreurs pour répondre au protocole d’apprentissage : problème / solution / récompense. La personne est directement concernée par la situation à laquelle elle est confrontée, trouve sa propre bonne réponse et génère sa propre autosatisfaction :

  • La pédagogie opérante développe le sens des responsabilités et de la maturité.
    L’individu est directement concerné par les problèmes (« J’ai un problème »)
  • La pédagogie opérante donne indépendance et confiance en soi.
    L’individu dynamise son potentiel d’autonomie (« Je trouve la solution »)
  • La pédagogie opérante déclenche le système chimique du plaisir et du bien-être
    L’individu génère par lui-même sa propre satisfaction  (« Je m’auto-récompense »)

 

Projet pédagogique du Lucky Horse

Les axes fondamentaux

 

Tout d’abord, la connaissance et la communication avec le cheval, ce qui est appelé communément "l’éthologie". Il s’agit en première intention de savoir observer le cheval dans son quotidien, de connaître ses besoins, et de comprendre les mécanismes de sa relation sociale. Les notions d’écoute, d’empathie et de responsabilité à l’égard de l’animal (et par extension d’autrui) sont ainsi mises en valeur et stimulées chez l’enfant.

Ensuite viennent les connaissances liées à l’environnement qui entoure le cheval, par excellence la Nature. D’une simple sensibilisation à la flore et la faune environnante, en passant par des connaissances sur les cultures locales, l’enfant inclue son activité et son plaisir avec le cheval dans une globalité, un tout. Par exemple, lors de promenades pédagogiques, nous nous arrêtons à côté de certaines cultures ou plantes pour poser des questions sur celles-ci. L’œil s’exerce et la mémoire s’aiguise au fil des promenades. L’enfant apprend à observer ce qui l’entoure et les repères deviennent concrets pour lui. (Où va-t-on maintenant ? Là, juste après la maison cassée des figuiers on tourne!).

Un autre axe est celui du développement corporel et psychomoteur de l’enfant. Nous avons élaboré une technique d’apprentissage de l’équitation basée sur le système pédagogique opérant. L’apprentissage se fait par l’expérience vécue corporellement et par résonnance (isopraxie et isoesthésie). L’enseignant est parti prenant de l’animation qu’il propose. Les supports de travail sont essentiellement des jeux d’adresse à difficulté progressive pour construire chez l’enfant une confiance en soi dans la réussite de la tâche et une utilisation du corps juste et harmonieuse. Ce travail qui se fait à cru (sans selle) permet aussi de recentrer l’enfant sur l’équilibre de son centre de gravité, axe essentiel de tout mouvement corporel.

Enfin, la relation d’entreaide et de coopération, la sociabilité sont recherchées par des situations de travail en équipe par binôme. La réussite de chacun dépend de celle de l’autre, ce qui permet de générer une dynamique d’envie et de motivation à se dépasser lors des jeux. Les notions de sécurité et de respect des règles avec et autour des chevaux permettent également de poser un cadre très structurant pour les enfants.