Notre pédagogie : opérante et active

Pour nous, enseigner c'est animer !

 

Animer : du latin animare
qui signifie donner la vie en donnant « l’en-vie »
de vivre, de vibrer et de prendre conscience de soi et d’autrui.

Notre apprentissage est bâti sur la découverte du mouvement,
à travers le jeu.

Nous souhaitons que le plaisir soit à la base de l’enseignement.

Nous appelons cela la pédagogie opérante et active :
ce qui veut dire apprendre en vivant l’action :

  • « J’apprends par le plaisir et la passion
  • « J’ai envie de comprendre ce qui me passionne
  • « Donc comprendre devient passionnant

C’est donner envie de connaître, d’apprendre, de comprendre ce qui nous amène du plaisir et des sensations dans notre corps !

Dans la rencontre avec le cheval, nous faisons passer beaucoup de temps à côté de lui : aller le chercher, le toiletter, l’observer, le faire bouger, lui donner à manger, le détendre, s’occuper de lui...

Cela permet de le découvrir dans sa vie quotidienne le plus naturellement possible afin de vivre avec lui spontanément, pour qu’il nous dise véritablement qui il est : sa façon d’être, son comportement, son langage, ses désirs, ses passions, ses besoins, ses peurs, ses angoisses de cheval et d’animal vivant.

 

Ce qui veut dire sortir de nos habitudes d’imposer notre langage à autrui pour apprendre son langage !

 

Projet pédagogique du Lucky Horse

Les axes fondamentaux

 

Tout d’abord, la connaissance et la communication avec le cheval, ce qui est appelé communément "l’éthologie". Il s’agit en première intention de savoir observer le cheval dans son quotidien, de connaître ses besoins, et de comprendre les mécanismes de sa relation sociale. Les notions d’écoute, d’empathie et de responsabilité à l’égard de l’animal (et par extension d’autrui) sont ainsi mises en valeur et stimulées chez l’enfant.

Ensuite viennent les connaissances liées à l’environnement qui entoure le cheval, par excellence la Nature. D’une simple sensibilisation à la flore et la faune environnante, en passant par des connaissances sur les cultures locales, l’enfant inclue son activité et son plaisir avec le cheval dans une globalité, un tout. Par exemple, lors de promenades pédagogiques, nous nous arrêtons à côté de certaines cultures ou plantes pour poser des questions sur celles-ci. L’œil s’exerce et la mémoire s’aiguise au fil des promenades. L’enfant apprend à observer ce qui l’entoure et les repères deviennent concrets pour lui. (Où va-t-on maintenant ? Là, juste après la maison cassée des figuiers on tourne!).

Un autre axe est celui du développement corporel et psychomoteur de l’enfant. Nous avons élaboré une technique d’apprentissage de l’équitation basée sur le système pédagogique opérant. L’apprentissage se fait par l’expérience vécue corporellement et par résonnance (isopraxie et isoesthésie). L’enseignant est parti prenant de l’animation qu’il propose. Les supports de travail sont essentiellement des jeux d’adresse à difficulté progressive pour construire chez l’enfant une confiance en soi dans la réussite de la tâche et une utilisation du corps juste et harmonieuse. Ce travail qui se fait à cru (sans selle) permet aussi de recentrer l’enfant sur l’équilibre de son centre de gravité, axe essentiel de tout mouvement corporel.

Enfin, la relation d’entreaide et de coopération, la sociabilité sont recherchées par des situations de travail en équipe par binôme. La réussite de chacun dépend de celle de l’autre, ce qui permet de générer une dynamique d’envie et de motivation à se dépasser lors des jeux. Les notions de sécurité et de respect des règles avec et autour des chevaux permettent également de poser un cadre très structurant pour les enfants.